Archive pour octobre, 2010

Here comes the rain again !

Non pas que j’ai envie de chanter ce vieil air d’Annie Lenox mais presque ! Et oui, ça y est ! La saison des pluies est entammée ! Nous avons eu un gros orage hier soir et ça devrait continuer ! Youpi ! Après 7 mois sans pluie (et oui, je sais, dur à concevoir pour vous emoticone!), il était temps ! Plus besoin d’arroser, moins de poussière… Ahhhh, ça fait du bien ! Bon, reste que ça fout quand même les chocottes les orages ici Scelle!!!

Sécurité renforcée !

Cela faisait un moment que je voulais vous parler de l’endroit où nous habitons (bon courage pour la lecture, c’est un peu long !!emoticone). Vous avez certainement vu nombre de reportages à la télé sur les lotissements sécuritaires à Johannesburg (ou ghettos pour riches, prisons dorées… !). Et bien, nous résidons aussi dans l’un de ces complexes, quoi que bien moins « prison » que ceux de Johannesburg. Ce n’est pas par choix au départ car ce n’est que là que nous avons trouvé à louer à l’époque où nous nous sommes installés. A présent, on doit dire que même si ce n’est pas sécurisé à 100%, on est néanmoins contents d’être là ; ça limite les risques.

Car, si à Thabazimbi, petite ville au taux de chômage très faible, la criminalité restait marginale, ici, c’est un fait. Un couple d’amis en a d’ailleurs fait les frais il y a environ un an : un dimanche soir, des individus se sont introduits dans leur maison, les ont ligotés sur les lits et ont commencé à charger tout ce qui les intéressait dans la voiture (qu’il volaient aussi). Giepie et Marina savaient que l’issue allait être fatale pour eux avant que les gars ne prennent la fuite (je vous laisse imaginer…). Les voleurs ont oublié un détail : le chien. Il est venu vers Giepie et l’a aidé à se détacher. Incroyable ! Giepie a pu prendre son fusil et les mettre en fuite. Depuis, ils ont sécurisé leur maison mais ne dorment pas toujours sur leurs deux oreilles… Et ce n’est qu’un tout petit exemple parmi tant d’autres… Marina (encore !) s’est retrouvée un matin dans une bijouterie et a pressenti un casse par la présence suspecte d’hommes en t-shirt et claquettes… : elle a pu ressortir et appeler la police qui est arrivée trop tard…

dsc01402.jpg img2924.jpg dsc01197.jpg dsc01201.jpg dsc01200.jpg dsc01196.jpg  

Le lotissement : c’est un très grand espace en bordure d’une réserve naturelle (où nous voyons les girafes et entendons « rire » les zèbres la nuit !). L’avantage, c’est que les jardins sont vastes, nous ne sommes pas les uns sur les autres (comme souvent à Joburg). Petite visite : la première photo vous montre l’entrée du complexe, avec barrières, gardiens et surveillance par caméra. (Petite précision culturelle : le complexe s’appelle « the Heads » (les têtes) ; vous en voyez d es deux côtés de l’entrée : elles représentent 2 des 7 têtes en argile, datant du 5ème siècle, retrouvées dans une vallée de Lydenburg). Les entrées sont donc filtrées. Les résidents disposent d’un jeton pour l’ouverture automatique des barrières.

La maison : notre jardin est entouré de murs et deux grilles (cadenassées) permettant d’y accéder depuis l’avant de la maison ; un petit panneau annonce « Sun security – 24/24 – Armed response ». Cela signifie que la maison est dotée d’une alarme et qu’une unité d’intervention armée se déplace en cas de déclenchement de cette alarme (il y a des détecteurs de présence un peu partout dans la maison, photo 5). On dispose aussi d’une télécommande, pour activer l’alarme à notre départ, qui comprend aussi un « panic button » à déclencher en cas de « danger immédiat ». La porte d’entrée est protégée par une grille de sécurité, tout comme toutes les autres entrées (photos 2 & 3). L’ossature des fenêtres est en métal et, lorsque celles-ci sont ouvertes, il reste un 2ème cadre pour empêcher tout passage (photo 4).

Cela doit vous sembler déjà beaucoup mais, sachez que nous ne sommes pas les mieux équipés !! Certains ont, en plus, des clôtures électrifiées au-dessus de leurs murs de 3 mètres de haut (comme notre voisin ; voir photo 6, entre chez lui et chez nous), des grilles intérieures séparant les zones de jour et de nuit, des détecteurs de présence extérieurs couvrant chaque recoin… La meilleure défense est, semble-t-il, d’avoir des chiens, à condition de les dresser pour ne pas accepter de nourriture d’étrangers… . Ici, c’est l’horreur ! Plusieurs molosses ou kikis par jardin, qui aboient à tout va, à toute heure ! Mais personne ne dira jamais rien car c’est pour la bonne cause…

Malgré tout cela, les crimes et délits continuent… Avant-hier matin, 7h30, à 50m, des individus se sont introduits dans une maison… Les semaines passées, ça n’a pas arrêté. Sans doute la faute à toutes ces constructions qui vont bon train : les ouvriers repèrent vite les maisons inoccupées ou les rituels de leurs habitants et en profitent ou en font profiter des connaissances… Petite anecdote : il y a 3 semaines, le samedi vers 1h00 du matin, j’ai été réveillée par une radio de voiture d’une unité d’intervention. Elle était stationnée dans la rue, au pied de nos fenêtres de chambre. Il y avait 6-7 gars dans 3 voitures qui traquaient des voleurs sûrement : ils étaient la lampe torche dans une main, le révolver dans l’autre emoticone à chercher sur les terrains inoccupés, les chantiers en cours ou même des jardins… Et là, j’étais bien effrayée à me dire qu’ils pouvaient être en train de se cacher dans notre jardin ; je suis restée une heure au moins sur un coussin à guetter par la fenêtre : dur de retrouver le sommeil après ça… Depuis, j’aurais bien envie de faire installer une grille entre le rez-de-chaussée et l’étage (où nous dormons). Et oui, nous n’activons l’alarme que quand nous ne sommes pas là. Imaginez la trouille si elle se déclenche juste car les rideaux bougent à cause du vent ( fenêtres pas isolées !). Je garde tout de même mon « panic button » à portée de main dans la table de nuit ! Qu’ils volent la télé, peu m’importe mais qu’ils ne touchent pas à mes enfants ! Si la situation perdure, on devra tout de même penser à se protéger plus… C’est dur à imaginer, surtout pour les chanceux des campagnes bretonnes mais voilà notre réalité ! Enfin, heureusement, ce n’est qu’une sombre partie d’un beau tableau !

Happy birthday !

Happy birthday !

Grand jour aujourd’hui !!! Nous fêtons les 3 ans du blog !! Le premier article avait été écrit le 8 octobre 2007 sur le 1er blog de Thabazimbi ! Nous avons allègrement dépassé les 10 000 visites sur le blog n°2, et atteignons presque les 20 000 en cumulant les deux ! Merci de votre fidélité, visiteurs connus ou secrets, merci pour vos commentaires et compliments, que ce soit sur le blog ou en dehors, ça donne envie de continuer !!! C’est vraiment un joli album-souvenir pour nous, et spécialement pour Mael et Ewan, que nous aurons sans doute beaucoup de plaisir à regarder à la fin de notre aventure africaine ! A très bientôt pour de nouveaux articles !

Au fil de l’eau

Le week-end, parfois, on n’a rien de prévu (et c’est souvent – sinon presque tout le temps - le cas à présent pour éviter la voiture pour moi !), le jacuzzi se fait bien étroit pour les garçons et le temps est bien long à la maison… Alors, pif paf pouf, on prend la voiture (tiens, on en a une nouvelle qui plaît beaucoup aux boys, il faut que je vous mette des photos…) et direction l’étang de Lydenburg (déjà vu plusieurs fois sur le blog), à 2 ou 3 petits kilomètres, qui est en fait dans un endroit privé où habitent des amis. Il est assez vaste et se poursuit par une petite rivière. De l’autre côté, c’est un barrage, gare à la cascade !! Là, il y a une barge, une barque à moteur et des kayaks. Ce sont ces derniers que préfèrent Mael et Ewan, avec la pêche bien sûr ! Donc, quand papa n’oublie pas de remettre les bouchons (emoticonelà, c’est pif paf PLOUF !), c’est parti pour la balade ! Moi, je reste tranquille sur une chaise à bouquiner ou à m’entraîner le cerveau avec sudoku ou autres (si si, on dit que c’est recommandé dans les cas comme le mien… et puis, à défaut de pouvoir faire de l’aérobic… au moins j’ai le muscle cérébral qui reste vif !emoticone) ou tout simplement savourer le silence, la beauté du site et le chant doux des oiseaux…

 dsc01328.jpg dsc01333.jpg dsc01337.jpg (au retour, c’est Mael qui pagaie, un vrai champion !)

Dur dur d’être bio ou écolo !

dsc01325.jpg Après quelques petites péripéties, nous ne pouvions résister à l’envie de vous parler de ce grand décalage qui existe entre nos deux « patries » du point de vue bio (organic en anglais) mais surtout écolo (eco friendly)Il me semble avoir déjà mentionné les petits changements auxquels nous avons du nous astreindre, nous qui avions pris de bonnes habitudes depuis si longtemps en France !! Ici, pas de tri des déchets, on benne tout dans le sac poubelle (qui atterrit dans une décharge municipale à ciel ouvert, à la sortie de la ville, où singes et hommes se battent pour fouiller les sacs… triste constat…). Ils mettent ensuite le feu aux arrivages afin de récupérer le métal dans les cendres (pour le revendre). Inutile de vous faire un dessin quant aux fumées émises, en terme d’impact sur l’environnement et la santé… Inutile aussi de vous parler des déchets qui jonchent les bords de route ou les rues en ville (ça, c’est culturel, chez la population africaine ici, même s’il y a une poubelle à un mètre, on balance par terre) et les sacs plastiques qui décorent le bush ! (ils commencent à proposer des sacs réutilisables et font payer à présent les sachets à la caisse. Pour notre part, nous utilisons depuis le début nos grands sacs français, ce qui nous a valu bien des yeux écarquillés au départ !!). Terriblement irritant pour nous, tout ça ! Pour le reste, je pourrais en écrire des pages… Plus c’est chimique (que ce soit les produits cosmétiques ou ménagers, les aliments industriels…), plus ils aiment !   

Pour ce qui est du marché bio, ils en sont, en quelque sorte, aux balbutiements… Non pas que nous soyons, nous, fervents adeptes du bio mais bon… Pour ce qui est de la nourriture bio, quelques produits sont parfois disponibles. Par contre, du coup, le côté écolo, on oublie ! Emballages plastiques à outrance… sans parler de la provenance des produits… Mais ça, c’est aussi valable en France ! La population locale ne sait pas vraiment ce que « bio » signifie. Pour eux, je crois, c’est le contraire d’industriel. Ainsi, une de nos amies se vantait de créer un potager bio mais je pense que son anti-pucerons ne l’est pas !! Pour les produits autres, toutes les sociétés qui en commercialisent sont dans la province de Cape Town (un peu loin pour le shopping…) mais, comme l’e-commerce se développe aussi pas mal (en tout cas du côté du Cap), je peux commander certaines choses, comme des produits ménagers ou de toilette. Bref… Le pire pour moi est arrivé récemment : je cherchais de la peinture bio pour repeindre le lit et la commode de bébé (et oui, vu comment ils mâchouillent les rebords du lit quand ils font leurs prémolaires, c’est plus prudent !). Et là, pas la peine de parler de peinture bio, ils ouvrent des grands yeux et sont morts de rire ! Ils n’imaginent même pas que ça puisse exister ! Donc, parlons-leur de peinture « eco friendly » (respectueuse de l’environnement). Bon, ça ricane encore un peu mais ils ont une lueur de victoire dans les yeux quand ils me répondent : « mais oui, on en a !« . Là, je suis pleine d’espoir « ahhhh…« . Ils me mènent au rayon en me disant « voilà, ce sont les peinture sans plomb ! « . Et là, mes épaules tombent au sol !! « Ben encore heureux que ce soit sans plomb… parce que vous en vendez encore avec plomb ??« . Aïe aïe aïe ! Le patron du magasin de peinture m’a quand même proposé d’en boire devant moi pour que je voie que c’était « safe » (sans danger) ! C’est c’la, oui !! Heureusement, Internet m’a encore sauvée, avec une petite entreprise du Cap encore !!

Pour l’eco-friendly, on commence à voir quelques marques « green » (vertes). Le pire ici, c’est le suremballage. C’est hallucinant ! On essaie de boycotter mais ce n’est pas toujours simple ! Mésaventure arrivée à Fred le week-end dernier qui va vous éclairer : il va au supermarché pour acheter des côtes de porc (et oui, on ne refait pas un Breton…) pour le braai. Il en voulait en quantité, seulement elles n’étaient vendues qu’en barquettes de deux. Il demande donc au boucher s’il n’en a pas en chambre froide pour lui faire UNE grosse barquette. Celui-ci répond que « non, c’est tout ce qu’il a, mais pourquoi n’est-ce pas bien ? ». Fred lui explique qu’en terme d’environnement, acheter 8 barquettes, ça fait beaucoup de déchets… Le boucher, plein de bonne volonté lui dit « ok, je vais faire quelque chose pour vous… ». Mais là, quelle surprise, il est allé dans le frigo et a rapporté 8 barquettes qu’il a ouvertes vigoureusement et a tout mis dans une grande barquette. Fred, estomaqué, n’a même pas eu le temps de réagir et s’en est allé, dépité, avec sa grosse barquette… Le vendeur pensait juste que Fred ne voulait pas avoir à remplir SA poubelle… Et oui, que voulez-vous faire ? On ne va pas à nous tout seuls révolutionner les choses. 

Avant d’être un problème de bonne volonté et d’effort commun (je parle de toutes les communautés qui vivent en Afrique du Sud, pas seulement d’une catégorie de personnes), c’est une question de connaissance du problème : il est sûr que leurs priorités sont d’un autre ordre mais ils n’ont aucune conscience écologique, pire, c’est l’ignorance au carré ! Non seulement ils ne réalisent pas ce qui peut nuire à l’environnement, mais ils ne conçoivent même pas la notion d’environnement… ça viendra sûrement un jour mais le chemin sera long, comme il a pu l’être en France il y a une vingtaine d’année ou plus…

kiwilandnz2 |
Lyon, ville passion |
Escapade en Inde |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | marie13meg
| the coloured house
| morceaugabon